Auteur et Portraitiste*
atelier-singulier-retouché.jpg

Remarquables #2 Stéphanie et Margaux 1/2

Stéphanie Bastard de Crisnay & Margaux Pecorari 1/2

 

Crédits photo :  Atelier Singulier

Crédits photo : Atelier Singulier

 

Portrait/

Brosser le portrait de Stéphanie Bastard de Crisnay et Margaux  Pecorari c’est faire preuve de discrétion en laissant leurs mots à elles supplanter ceux de la portraitiste. Pourquoi ? Parce qu’en les écoutant on assiste à une joute en levée, des mots qui fusent, des éclats de rire. Ce sont aussi leurs yeux qui s’allument et ce ton réfléchi lorsqu’elles racontent leur projet passionnant.
Leur duo apparait comme une évidence, et pourtant il ne s’est formé qu’il y a quelques mois.

Des chemins parallèles

Paris. Londres. Deux pays, deux fuseaux horaires. Elles auraient pu ne jamais se croiser et pourtant, chacune des deux co fondatrices de l’Atelier Singulier, œuvrait en se formant à creuser les fondations d’un édifice commun.

Stéphanie rentre à l’Université Paris Dauphine où elle entreprend le Master II  d’Entrepreneuriat et Projets Innovants. Ça la passionne. Elle a envie de comprendre comment fonctionne une entreprise, comment on élabore et on fait évoluer un business plan. Diplômée, elle intègre un cabinet de conseil spécialisé en stratégie dite disruptive. Contrairement aux méthodes des cabinets de conseil plus classiques, on cherche à comprendre, à sentir les tendances dans les différents secteurs pour remettre à plat le business plan. Deux ans plus tard, elle ajoute une dimension Innovation à son parcours en rejoignant un cabinet de conseil spécialisé en innovation et tendances. Micro à la main, elle interview des experts pour appréhender les ruptures et analyser les changements sociétaux, comment consomment les individus et comment les cibles évoluent. Sa dernière mission déclenchera son envie de se lancer. Stéphanie enquête sur le futur du luxe et la jeune génération. Et ce qu’elle découvre en réalisant ce dossier, la conduira sauter le pas et à créer son entreprise pour tenter d’innover, à son échelle.

Outre-Manche, Margaux Pecorari entre à l’Institut Marangoni, école de mode londonienne. On lui enseigne le styling photo et la scénographie (l’art de mettre en espace et de créer un univers. NDLR). Elle n’a déjà qu’un rêve : créer son magasin extraordinaire. Un lieu où les consommateurs vivraient une réelle expérience clients. C’est une chimère elle le sait et pourtant elle sent que les habitudes de consommation sont en train de changer, et elle veut prendre part à ce changement, elle a cette volonté de penser les choses autrement. A peine diplômée, elle rejoint l’équipe alors balbutiante de Bobbies (Chausseur aujourd’hui reconnu) qui recherche une photographe pour mettre en scène son tout premier catalogue. D’abord freelance, elle en devient la directrice artistique et voit la start up grandir : « les étapes, les enjeux, même si j’assistais à tout cela avec mon œil de créa, j’ai observé, appris. ». Elle quitte Bobbies et se met à son compte en tant que conseiller en image de marque. Parallèlement elle réfléchit toujours à son projet de magasin extraordinaire.

Une perspective commune

Printemps 2016. L’une est experte ès innovation, l’autre ès création, et quand Stéphanie fait appel à Margaux pour shooter une première série de photos elles ne savent pas encore qu’elles sont en train de poser les premières pierres de l’Atelier Singulier, qu’elles vont créer ensemble. Un lieu emblématique de l’artisanat et du savoir-faire français.

Stéphanie Bastard de Crisnay a quitté son cabinet convaincue que les codes du luxe se métamorphosent « La jeune génération en a assez de payer le prix cher pour un sac d’une grande maison, dont elle sait qu’elle ne paie en réalité que le marketing. Les produits de luxe sont décorrélés du travail de l’artisan. Or, et c’est tout le paradoxe, on vit un regain pour le fait main, l’artisanat. Il est aujourd’hui plus valorisant d’acheter à une marque niche qu’une pièce griffée. Les consommateurs veulent se distinguer et devenir singulier. »Le projet prend forme sans que Stéphanie en connaisse tous les contours. Puis elle rencontre Margaux et toutes deux se rendent compte qu’elles vont dans la même direction : Stéphanie souhaite créer des objets du quotidien, fonctionnels, utiles signés par des artisans français, Margaux un lieu de création innovant.

Au printemps dernier elles enfilent leurs baskets et partent à la quête d'artisans d'exception. Elles vont les débusquer dans leurs ateliers pour leur présenter leur projet, une petite révolution dans le monde du tout jetable...

L'Histoire de l'Atelier Singulier est à lire ici

Marie-Athénaïs Hénin