Auteur et Portraitiste*
13671161_1657402791248726_290912296_n.jpg

Remarquables # 14 Charlotte et Agathe

Charlotte Chaigne
Agathe Madeline

13671161_1657402791248726_290912296_n.jpg
 
 

Portrait /

Raconter des histoires. Nous partageons ce point commun avec Charlotte. Mais si pour fabriquer les miennes je fais danser les mots sur le papier, Charlotte et son associée Agathe imaginent des scénographies exceptionnelles pour des événements. La décoration c’est une passion qu’elles ont chevillée au corps depuis qu’elles se sont rencontrées étudiantes. Si bien qu’avant même d’être diplômées elles présentent au jury d’un concours le projet de ce qui deviendra leur première agence d’événementiel : Les trois fées (elles sont alors trois). C’était il y a douze ans. J’ignore tout de ce passé lorsque je m’installe dans le salon de Charlotte le jour de notre entretien. Je l’écoute me raconter comment, avec Agathe elles se sont retrouvées l’année dernière pour remonter ensemble une nouvelle agence spécialisée dans la décoration événementielle : Rue des Roses, et je découvre le parcours de deux femmes persévérantes et passionnées.

Trois pionnières et un projet

La sempiternelle question des études supérieures … Et pour assouvir sa passion pour la décoration et le dessin, Charlotte s’inscrit à La Fabrique - l’école des métiers de la mode et de la décoration à Paris - pour se former à la décoration d’intérieur et au merchandising. « Je choisis La Fabrique parce que c’était une école reconnue par l’état qui offrait un vrai diplôme ce qui était rassurant et en plus tous les élèves qui en sortaient trouvaient du travail ». Dès la première rentrée, Charlotte comprend qu’elle a fait le bon choix, ses cours la passionnent et les moyens mis à disposition des élèves sont impressionnants : « Nous étions pris en charge, chouchoutés, chacun de nous avait un espace de création propre et l’école nous fournissait tout le matériel dont nous avions besoin : peinture, bois, on était limité en rien, nous pouvions tout créer, tout imaginer ».  En deuxième année, l’école propose aux élèves de participer au concours « Demain mon entreprise », organisé par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Versailles. Le principe : monter un projet hypothétique avec le soutien hebdomadaire d’un coach pendant un an. Très enthousiaste, Charlotte propose à deux amies – Agathe et Gersande- de présenter au concours un projet d’agence de décoration. Ensemble elles lancent fictivement Ephémère Evènementiel, une agence de décoration événementielle très innovante puisqu’elle proposait notamment de créer des mises en scène pour des mariages ce qui était complètement novateur à l’époque. Le business des cérémonies « à l’américaine » n’ayant pas encore déferlé sur la France. Le coach qui les accompagne est très emballé et leur enseigne tous les aspects comptabilité. Et en juin, le trio remporte le deuxième prix du concours :

« Le jury nous explique que nous pourrions vraiment nous lancer pour de vrai que nous avions droit à des subventions, des aides et que le projet tenait la route ».

Si bien qu’à 19 et 21 ans, elles inaugurent quelques semaines après leur diplôme leur agence Les Trois Fées, que Gersande quittera finalement 6 mois après l’ouverture.

Deux entrepreneuses effrénées

L’un des premiers points à régler pour Charlotte et Agathe c’est de trouver une agence, car leurs appartements envahis par le matériel de décoration n’arrivent plus à tout engloutir ! Les Trois Fées investissent un petit local dans le 9ème : « Nous nous en souviendrons toute notre vie, nous nous lancions à peine et déjà nous ouvrions notre agence ! » Très vite cependant le lieu se révèle trop petit, les filles s’installent dans un lieu plus grand :

« Ce fut une de nos erreurs principales de trop nous équiper » confesse Charlotte « nous achetions pour chaque mariage tout le matériel ce qui représentait un énorme investissement financier et un stockage de dingue. » 

Les mariages c’est leur cœur de métier. De mai à octobre rares sont les week-ends où elles ne travaillent pas. Leurs emplois du temps explosent et quand ce ne sont pas pour des mariages, Charlotte et Agathe s’affairent à la préparation d’une soirée d’entreprise, ce sera avec Deloitte par exemple et même avec Disney pour des lancements de films. Leur agence cartonne et s’impose comme une référence d’autant que Charlotte et Agathe ont anticipé ce qui nous semble aujourd’hui courant : les mariages ultra léchés, où aucun détail n’est laissé au hasard de l’invitation à la décoration– il n’y a qu’à recenser les sites de conseils pour les futures mariées pour mesurer l’ampleur de la chose aujourd’hui ! - Pendant 5 ans, elles travaillent sans relâche soirs et week-end jusqu’à ce qu’une certaine lassitude les gagne : « Les premiers budgets qui ont été gelés dans les boîtes au lendemain de la crise financière étaient les nôtres, ceux réservés à l’événementiel. Nous avons vu notre carnet de commande décroitre. » Mais finalement ce ralentissement forcé leur sera libérateur. Les jeunes femmes – elles n’ont alors pas 25 ans – réalisent qu’elles ont mis leurs vies personnelles entre parenthèse depuis 5 ans pour développer leur société et prennent de concert et sans amertume la décision en 2010 de fermer les portes de leur agence. Chacune s’épanouit alors dans ses nouvelles fonctions en entreprise jusqu’à l’année dernière où elles prennent la décision de reformer leur duo pour ouvrir Rue des Roses. 

Quels ont été leurs choix pour développer une nouvelle agence sans retomber dans les écueils des Trois Fées ? L’histoire de Rue des Roses est à lire ici prochainement.