Auteur et Portraitiste*
judith-juliette-retouché.jpg

Remarquables #8 Judith Levy et Juliette Couturier

Judith Levy & Juliette Couturier

Portrait de Juliette et Judith
 

Portrait/

Vibrantes. Comme les cordes de l’instrument sont assemblées pour vibrer d’une même harmonie, Judith et Juliette semblent avoir été façonnées pour créer à l’unisson. Elles ont ce qu’il faut de complémentarité, de ressemblances et d’indépendance, les phrases que Judith amorce sont parachevées par Juliette, sans à-coups, avec une grande fluidité elles déroulent ensemble l’histoire de Même -la toute première marque de produits de beauté spécialement conçus pour les femmes concernées par le cancer – qu’elles ont fondées.
Au crépitement de leurs yeux et à la manière, si gracieuse, qu’ont les mots qu’elles expriment de danser dans la pièce, on prend conscience de l’incroyable tour de force que ces deux jeunes femmes (elles vont avoir 26 ans) ont réalisé pour faire naître de leur duo une ligne de cosmétiques novatrice, adoubée par les oncologues et applaudie par les premières clientes.

L'intuition de Judith

Alors que Judith est à l’âge où l’on prend pleinement conscience de sa féminité, elle est spectatrice de sa mère qui se bat, elle, pour la préserver. Plus de deux ans de combat contre un cancer qui malmènera son apparence et pourtant c’est en chérissant son corps et en le préservant comme un bijou, qu’elle aura la force morale de poursuivre la lutte. Aux premières batailles gagnées grâce à des excès de coquetterie, succède une guerre plus pernicieuse, celle des effets secondaires des chimiothérapies. Envoyée par sa mère pour trouver des remèdes pour pallier ses souffrances, Judith se confronte à une réalité absurde : « les pharmaciens n’ont aucune réponse à m’apporter. » Les étals des pharmacies pourtant pourvus d’une infinité de produits n’offrent aucuns cosmétiques spécialement formulés pour les femmes atteintes de cancer.

De ce néant germera l’idée de Même quelques années plus tard. Judith est alors en 5ème année d’école de design à Strate, élève designer pack, elle a un an pour travailler le sujet de son choix, qu’elle devra défendre devant un jury pour obtenir son diplôme. Naturellement, elle imagine Même, une ligne de produits de beauté pour les femmes concernées par le cancer, avec de beaux packagings. Car Judith garde en tête l’image de la salle de bain de sa mère qu’elle avait vu se métamorphoser en pharmacie au fil de mois, elle sait que les malades ont besoin de se sentir Femme et que ça passe aussi et surtout par des produits élégants, des cosmétiques comme les autres.
Le jury est unanime, il faut pousser plus loin le projet et ne pas s’arrêter après son diplôme. Mais Judith est courtisée par L’Oréal qui lui propose un stage en marketing développement : « pour moi c’était le Graal, un stage bien classique et rassurant, que je n’ai pas décliné. » En juin 2014, Judith range ses esquisses dans leurs cartons et commence chez L’Oréal.

l'élan de Juliette

Elle semblait plutôt destinée aux les affaires publiques Juliette. Étudiante à Sciences Po, se succèdent les stages en tant qu’assistante parlementaire. Mais si elle ne sait pas encore exactement le métier qu’elle veut exercer, Juliette est mue par une certitude : celle d’être utile. Or la sphère publique ne la comble pas. Juliette espère trouver dans le privé ce qui lui manque dans le public et entre en double Master à HEC. Stages chez Dior puis Saint Laurent et toujours cette insatisfaction puis à New York chez Ubi France, Juliette qui a pour mission d’aider des petites marques à exporter à l’étranger entrevoit le côté start-up et entrepreneuriat qui la séduit aussitôt. Son dernier stage approche et comme un point d’orgue à ses études, elle accepte d’entrer en marketing développement chez L’Oréal. Exactement le même poste que Judith mais pour une autre marque du groupe.

Pour assembler ces deux cordes, il aura suffi d’un déjeuner, une rencontre fondatrice au cours de laquelle chacune se livre à l’autre sans détour. Très curieuse, Juliette mitraille Judith de questions sur ses études et sur ce projet diplômant qui lui a valu tant de bravos. Dans la famille de Juliette, les femmes sont particulièrement concernées par le cancer alors elle acquiesce. A l’inverse de Judith qui se déplore peu entrepreneuse, Juliette l’est et cherche le bon projet, la bonne personne, le bon moment : « En écoutant Judith, je lui ai tout de suite dit c’est incroyable il faut que tu fasses quelque chose de ton projet, tu ne peux pas le laisser en plan. En ressortant de ce déjeuner, nous avons passé l’après-midi à nous écrire sur le chat de L’Oréal, j’ai commencé des recherches et vu à quel point le besoin que j’avais entrevu était exprimé par nombre de femmes sur internet. A la fin de l’après-midi on s’est dit ON Y VA ».

Conscientes de leur chance d’être chez L’Oréal, elles mettent à profit leur semestre de stage pour comprendre comment fonctionnent les cosmétiques. Elle se retrouvent le soir pour discuter, pour approfondir le sujet. Le mois de décembre s’éteint avec leurs stages, l’année 2015 éclot doucement et voit poindre leur association.

L’histoire de Même Cosmetics est à lire ici dans quelques jours.