Auteur et Portraitiste*
misterK.jpg

Charlotte Husson 2/2

Charlotte Husson
Mister K

 

Mister K
Vestiaire engagé

Il y a ceux qui glissent un chèque dans une enveloppe blanche, ceux qui se délestent de leur monnaie dans le tronc siglé d’une association quand d’autres feront tourner un message viral sur les réseaux sociaux ou relèveront un challenge pour susciter l’engouement et faire parler du cancer. Oui en apparence, les initiatives pour donner à la recherche contre tous les cancers et pour aider les malades à se battre sont fleuves. Oui, il existe une multitude d’associations entourant les malades. Et pourtant…
En 2013 lorsqu’elle se bat contre un cancer extrêmement agressif des ovaires, Charlotte est confrontée au néant. Nulle part sur internet, elle ne trouve de ruses pour tromper les méfaits des traitements. Pendant les chimios, elles se murmurent des secrets entre femmes mais « il manque le My Little Paris du cancer ». Alors en rémission, Charlotte entreprend de combler la faille avec son blog Mister K, une succession de billets d’humeur pour diffuser ses conseils beauté & bien être et souffler les conseils qui l’ont aidée à traverser ce tsunami. L’écho est tellement fulgurant que Charlotte crée : Mister K Fighting Kit.

Choisis tes armes !

L’après. Charlotte ne s’attendait pas à livrer sa bataille la plus difficile contre le cancer une fois qu’il serait terrassé. Mais si les résultats des analyses la délivrent de ce démon, le duel n’est pas terminé : « Je suis terriblement angoissée, en colère contre la terre entière, je subis les effets de la ménopause », il lui faut trouver un exutoire.
Ce sera Mister K, sa page web sur laquelle elle vient déposer des billets à destination des femmes atteintes de cancer : « Le ton y est différent, j’écris comme je parle, j’illustre les articles avec mes dessins ce qui allège mes propos. » En prenant le parti de l’humour – noir parfois- Charlotte fédère autour de son projet des malades et des biens portants qui puisent ici des informations. Très vite les premiers messages affluent et Charlotte prend conscience de l’utilité de ses articles : « On ne maitrise pas sa maladie mais on peut choisir de s’armer pour l’affronter. » Pour autant Mister K n’est pas un forum où tout un chacune viendrait déposer ses angoisses et ses névroses. Charlotte maitrise les publications de son site et dédie une page spéciale aux interviews où les femmes peuvent venir livrer leur histoire. L’écho est viral si bien qu’en quatre mois, Charlotte devient une égérie. On vient chercher sur sa page des adresses pour acheter des turbans, la technique pour se mettre efficacement du vernis, les noms des crèmes miraculeuses qui atténuent les effets des chimio.

Portée par la foule grandissante de ses lecteurs, au printemps 2015, Charlotte imagine les Mister K Fighting Kits

« Je commence à designer le truc, je pense à des écrins de douceur, je veux un packaging qui ne fasse pas penser à la maladie mais qui renferme des produits adaptés et ciblés : visage &corps, cheveux & sourcils, pieds & mains et un kit hommes ».

Au culot, Charlotte qui a fait faire des prototypes dans les usines avec lesquelles elle travaillait avant, inonde les boîtes mails des laboratoires dont elle a sélectionné les produits. Enthousiasmés par l’idée – et sûrement aussi par le peps et le tempérament de Charlotte – tous les partenaires qu’elle sollicite lui disent oui avant même qu’elle ait obtenu des financements.

Nous sommes à l’été 2015 Charlotte lance la production de ses kits, crée sa boîte, rédige ses statuts et ouvre un compte bancaire encore vierge : « Je suis optimiste et rêveuse, je pensais qu’une fondation allait financer mon lancement et mes produits … » Finalement, il n’en sera rien et Charlotte se retrouve en septembre avec une facture de 35 000 € à acquitter.

« Je devais payer ma production, mon site internet, les partenaires, les packagings etc… Or je n’avais pas d’argent et je ne pouvais pas emprunter … parce que j’avais eu un cancer ! »

Elle aurait pu ralentir le rythme ici, sa motivation s’éroder mais non Charlotte s’invite chez Kiss Kiss Bank Bank et monte en un mois une campagne de financement participatif.

Ensemble c'est tout

En 45 jours, Charlotte découvre la ferveur de sa communauté. La vidéo de présentation du projet se diffuse sur internet à la vitesse d’un cancan sur une terrasse à St Tropez. La cagnotte flambe et atteint 40 000 €. « Nous avons vécu 45 jours de dingue ! » En plus des fonds récoltés, la campagne est un formidable test pour Charlotte. En échange de leurs dons, les bienfaiteurs ont la possibilité de pré commander les kits et reçoivent un lien rouge – aujourd’hui iconique – portant le mantra de Charlotte « Never Give Up ». Les retours sont exaltés, le lancement officiel des Mister K Fighting Kits très attendu, Charlotte a gagné le pari audacieux de fédérer au-delà de ses fidèles lecteurs, un auditoire prêt à entendre parler du cancer. Mieux, les photos des mécènes arborant leurs bracelets rouges inondent les réseaux sociaux accompagnées du #nevergiveup.

Du jour au lendemain Charlotte est propulsée chef d’entreprise pour autant elle n’a pas le vertige ce jour de janvier 2016 lorsqu’elle inaugure son site marchand : « J’étais prise dans ma réalité de startuper qui était d’honorer les commandes. » Savoure-t-elle son succès ? « Non, je n’arrive pas à prendre de hauteur et à regarder en arrière pour voir le chemin parcouru, je suis une éternelle insatisfaite et je me dis sans cesse que je pourrais faire encore plus. »

Les premiers colis sont déposés à La Poste, la presse abonde - grâce à la campagne Kiss Kiss et à une attachée de presse qui accompagne Charlotte depuis ses tout débuts. Et à ceux qui seraient tenter de la targuer de faire du business de la maladie, Charlotte renvoie la critique en fond de cour :

« L’acte d’achat est très sain quand tu es malade car tu es tellement dans un monde où on te cajole que le risque c’est de perdre ton indépendance, ton libre arbitre. Le fait de décider ce qui va te faire du bien à toi pendant ton combat, de choisir tes armes, ça te rend décisionnaire de la façon dont du veux te battre, c’est remettre un pied dans sa vie d’avant. »

Deux mois après son lancement, l’offre s’étoffe et aux quatre kits de beauté s’ajoutent les bracelets qui deviennent un symbole d’union entre les malades et les bien portants : « Qui que tu sois, malade ou pas tu peux appliquer le Never Give Up à ton quotidien. » Prospérer ainsi ? Sûrement pas car ni sa soif d’en faire toujours plus ni celle de ses fidèles ne semblent étanchées. J’en veux pour preuve l’embrasement sous une photo Instagram que Charlotte poste en sortant de chez Colette. Elle y arbore un sweat qu’elle vient de faire floquer « Never Never Give Up » par l’artiste Blair Chivers. Les commentaires sont unanimes : tous réclament le même sweat !

Il n’en faut pas plus à Charlotte pour renouer avec son métier de styliste, ressortir ses carnets de croquis et dessiner le tout premier modèle de sa collection de sweats signés de sa plume avec les deux mantras « Never Give Up » & « Together Stronger ». Nous sommes en juin 2016 Mister K Fighting Kit fête ses 6 mois et les bouchons de champagne sautent car Charlotte peut enfin réaliser un de ses souhaits les plus ténus : reverser une partie de ses bénéfices à la recherche contre tous les cancers. « Cinq euros par sweat vendu sont reversés tous les mois à la recherche contre le Cancer à Gustave Roussy ». Aux sweats ont succédé des tee-shirts et vont éclore des marinières cet été.

C’est ainsi qu’en 18 mois Charlotte a fondé une startup solidaire et inventé une nouvelle façon de s’engager. En Mister K on affiche haut et beau son engagement contre tous les cancers et son soutien aux malades. Un vestiaire engagé qui habille malades et bien portants. Sans misérabilisme bien au contraire, en propageant un message positif, concret, juste et rassembleur.

Merci Charlotte d’avoir osé imaginer une telle entreprise, de pousser toujours plus loin tes objectifs et de partager avec passion ton aventure.