Auteur et Portraitiste*
ppd.jpg

Remarquable #3 Amandine Lugnier 1/2

Amandine Lugnier 1/2

Crédit Photo :  Pink Polka Dots

Crédit Photo : Pink Polka Dots

 

Portrait /

Et si finalement la tâche la plus ardue, lorsque l’on monte son business, n’était pas de faire comprendre à son entourage ce que l’on fait et ce que l’on ambitionne de devenir ? Tout dépend du produit, certes. Mais quand on quitte un métier très identifié pour en créer un totalement nouveau, il faut une certaine dose d’optimisme pour affronter les regards interrogateurs et perplexes de son cercle le plus restreint. Amandine Lugnier, fondatrice de Pink Polka Dots le reconnait« Ma maman a mis du temps à comprendre ce que je faisais et ce n’est pas la seule ! ».
Il en faudrait cependant plus pour ternir la détermination d’Amandine, qui a toujours su qu’elle entreprendrait un jour.

Le goût de l’entrepreneuriat

Pendant son cursus à l’ESC Rouen (Ecole Supérieure de Commerce, NDLR) Amandine entre en stage chez Kiehl’s à New-York et adhère immédiatement à l’esprit entrepreneurial qui y règne. Bien que la marque de cosmétiques Kiehl’s appartienne au groupe L’Oréal, elle fonctionne comme une entreprise familiale : « J’y ai rencontré des gens passionnés fan de leur métier ». Amandine qui revendique son esprit indépendant trouve sa place dans une équipe où chacun peut s’exprimer. Elle  suit le développement produit : de l’idée émise en réunion jusqu’à la réalisation en laboratoire puis sa commercialisation. Après Kiehl’s aux Etats-Unis et à Shanghai, Amandine intègre Parfums Givenchy à Paris. Changement de fonctionnement, les postes sont ici bien définis et pas question de sortir du cadre. Deux expériences et déjà une certitude, Amandine veut entreprendre et veut retrouver la liberté qu’elle a connue chez Kiehl’s, sentir qu’elle est utile et pas seulement un énième pion sur l’échiquier. C’est chez l’Occitane, qu’elle retrouve cette sensation « le fonctionnement est hyper entrepreneurial, on peut avoir les idées que l’on veut et les moyens pour les développer. » Alors comblée ? Pas tout à fait et c’est l’arrivée de ses enfants qui va la décider à entreprendre pour de bon.

La révélation

La naissance d’Henry va venir bouleverser la carrière d’Amandine. «  Ça a été une révélation exceptionnelle, j’étais fascinée par le monde de l’enfance et je me suis retrouvée hyper épanouie dans le fait d’être mère ». Pour profiter de son fils, Amandine décide de modifier son contrat et de passer au 4/5ème mais voit très vite les limites du système : « il faut être lucide, je ne pouvais pas prétendre évoluer en quittant mon bureau à 18h précises. Il y a des femmes qui y arrivent très bien, qui sont prêtes à travailler une fois les enfants couchés, moi je voulais garder mon énergie pour mon fils. »La question de l’entrepreneuriat n’est plus une option, Amandine veut créer sa boîte. Mais pour le moment elle ne sait pas encore ce que ce sera. Enceinte de son deuxième enfant le concept se précise.

Instagram, formidable tremplin

Parmi le foisonnement des réseaux sociaux, Instagram se distingue par son fonctionnement. Il n’y est question que de visuels : photos ou films courts. Amandine détient un compte et naturellement poste des photos d’Henry dès sa naissance. Oui mais voilà, sa communauté semble lassée de n’avoir que des clichés d’enfants alors Amandine ouvre une page dédiée à Henry :

« Je voulais un endroit où m’exprimer, où je pouvais partager mes coups de cœurs mode enfantine et décoration.»

Et très vite la communauté de ses followers (ceux qui la suivent NDLR) grandit. Amandine devient une influenceuse*. L’annonce de sa deuxième grossesse fait grimper le compteur, elle atteint les
3 000 followers. A la lecture de ce chiffre, Amandine prend conscience qu’elle tient quelque chose entre les mains : une communauté de mamans très friandes des looks qu’elle poste, super réactives et très captives surtout. Amandine partage ses jolies découvertes de mode enfantines et sa communauté semble séduite. Et si elle jouait l’entremetteuse entre ses marques pour enfants préférées et les influenceuses rencontrées sur Instagram ? Confortée dans son idée cet été par le cousin de son beau-frère à la tête d’un incubateur, Amandine décide de créer le métier de ses rêves en lançant son agence de Social Média : Pink Polka Dots. Une agence de communication d’un nouveau genre créée de toute pièce grâce à Instagram.

Le concept Pink Polka Dots à lire ces prochains jours…

*Influenceuse : néologisme, personne dont les publications Instagram (ou sur tout autre réseau social) ont une large force de frappe pour les marques qu’elle met en avant-  grâce à l’étendue de sa communauté